Les choix santé sont ils determinants aujourd'hui ?

Un ange en culotte de velours

Comme une petite ritournelle, de nombreuses petites phrases ont rythmé nos passages à table. Inscrites dans la tradition, pour nous apprendre à comment nous tenir à table et comment manger, sont-elles juste des rengaines ou de vrais conseils pour nous permettre d’entrer dans un certain moule social? Elles sont certainement une boîte à outil pour notre vivre ensemble à table, mais aussi pour manger pour vivre et non vivre pour manger. L’OCPop a décidé, en interrogeant le plus grand nombre, de les recueillir pour en établir un corpus. Pas seulement pour recueillir, mais comprendre de quoi et de quelles évolutions elles sont témoins. Tous ces conseils pour bien se nourrir sont-ils réels et efficaces? Nos pratiques alimentaires changent, bougent et évoluent, mais nos paroles de table sont-elles aussi sensibles aux mouvements? Nous vous proposons pour débuter cette réflexion, notre premier recueil réalisé auprès de 20 personnes originaires de toute la France et de profils sociaux différents. Si vous souhaitez participer à cette enquête contactez-nous. Certaines de ces expressions de table sont d’ailleurs expliquées et commentées par Eric Roux dans la rubrique « Expressions de table».

Comment se tenir à table

  • Tu pourrais nous attendre pour commencer
  • On ne se lève pas de table (avant d’y avoir été autorisé)
  • On demande si on peut se lever de table
  • Pas de portable à table
  • Tiens-toi droit
  • C’est pas bien de manger en suisse
  • Tiens-toi comme il faut à table
  • Les mains sur la table
  • Ne mets pas tes coudes sur la table
  • Les enfants ne coupent pas la parole aux adultes
  • Y’a que les fous qui chantent à table
  • Assieds-toi correctement
  • On ne caresse pas le chien quand on est à table
  • Tu t’es lavé les mains avant de passer à table ?

Comment bien manger

  • Ferme ta bouche pour manger
  • On ne parle pas la bouche pleine
  • Mâche (mastique) bien avant d’avaler
    On coupe pas la salade avec son couteau
  • On n’étale pas le foie gras, ce n’est pas du pâté !
  • Si tu n’aimes pas ça, n’en dégoûte pas les autres !
  • C’est avec la main droite que l’on mange, l’autre elle te sert pour aut’chose ! (paroles d’une femme originaire du Mali)

Comment bien se nourrir

  • Mange une main, garde l’autre pour demain (en réponse à j’ai faim entre les repas)
  • Mange des épinards, c’est riche en fer
  • Mange des épinards, ça rend fort
  • Mange des lentilles, c’est riche en fer
  • Mange ta soupe, ça fait grandir
  • Pas de fromage ce soir, vous en avez déjà mangé à midi
  • Mange des carottes, ça rend aimable
  • Mange des carottes ça rend les fesses roses
  • Le miel c’est bon pour la gorge
  • Mange tes légumes c’est bon pour la santé
  • On ne part pas à l’école le ventre vide
  • Quand on mange des pâtes : pas de pain
  • On ne boit pas en mangeant de la fondue. Seulement après
  • On ne boit pas en mangeant le couscous. Seulement après
  • On ne mange pas en dehors des repas
  • Mange des myrtilles, c’est bon pour la vue
  • T’as bien lavé les fruits ? (pour éliminer les produits de traitement ou les maladies véhiculées par les animaux sauvages).
  • Mange du poisson, ça rend intelligent
  • Mange du poisson, c’est riche en phosphore (variante : ça fait phosphorer)
  • Qui dort, dîne
  • Pas de banane le soir !
  • Pas de banane le soir ! c’est pour les diabétiques
  • Le melon avec le porto c’est pour le “peito” (la force de la poitrine, la vigueur en portugais).
  • Ne mets pas trop de sel, ça bouche les artères.
  • Pas de Coca à table (variante : à table on boit de l’eau)

Comment penser aux autres

  • Finis ton assiette, pense aux petits enfants qui n’ont rien à manger
  • L’eau est chère, finis ton verre
  • Finis ton assiette
  • Finis ton pain, on ne gaspille pas
  • On voit bien que tu n’as jamais eu faim
  • On ne gaspille pas la nourriture
  • On ne joue pas avec la nourriture
  • On ne se jette pas sur la nourriture
  • N’aie pas les yeux plus gros que le ventre

Comment manger symbolique

  • Mets le pain à l’endroit
  • On ne coupe pas le pain, on le rompt
  • Signe le pain
  • On dirait un ange en culotte de velours. (pour parler de quelque chose de délicieux)
  • Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.
  • Le foie pour les petits (en parlant du lapin)
  • La carcasse pour le papa, la tête pour qui ? (en parlant du lapin, et du poulet)
  • Un repas sans fromage c’est comme une belle fille à qui il manque un œil !
  • C’est bon à manger sur la tête d’un galeux
  • Laisse pour ton frère, un homme il faut que ça mange (adressé à une sœur)

Comment inviter à manger

  • Mange ! Pour faire honneur
  • On goûte avant de dire que l’on n’aime pas
  • Mange tes légumes. C’est les légumes du jardin
  • Tiratz quau cranhatz. (occitan, littéralement ”tirez que craignez-vous”)

Autres

  • Ketchup ou gruyère (pour les pâtes) ?
  • Fromage ou dessert ?
  • Vendredi, c’est poisson
  • Lundi, c’est Ravioli
  • Une saucisse par personne (en parlant du cassoulet William Saurin)
  • celui-ci c’est un “pismigel” (En Bretagne pour un enfant (ou une personne adulte) difficile sur la nourriture

 

Nous avons demandé à Patrick Serog, médecin nutritionniste, de réagir à la première étape de notre recueil d’expressions de table.

« Toutes ces recommandations sur le « bien manger » sont des poncifs que l’on entend depuis des années et qui sont transmis de génération en génération. Elles ont la caractéristique d’évoquer les temps de la famine et des restrictions : « finis ton assiette », « on voit bien que tu n’as jamais eu faim»,  « pense aux petits enfants qui n’ont rien à manger » etc.

Pour d’autres phrases il s’agit d’une transmission nutritionnelle comme «mange des lentilles c’est riche en fer», «mange des épinards ça rend fort », «mange des myrtilles, c’est bon pour la vue » etc.

On va également retrouver le code des usages du bien manger à table : «tu pourrais nous attendre pour commencer», «tiens-toi comme il faut à table», «ne met pas tes coudes sur la table», «mais le pain à l’endroit» etc.

On va retrouver aussi des expressions correspondant à l’origine géographique de chaque personne montrant ainsi comment la transmission se fait d’un point de vue culturel.

Ce qui est étonnant dans toutes ses expressions c’est que l’on a l’impression d’une immuabilité des sentences au cours du temps. À part la phrase «pas de portable à table», il n’y a aucune modernité dans l’ensemble des expressions. On ne parle pas de la contraction des repas, d’aliments nouveaux que l’on pourrait voir apparaître sur la table. Les condiments sont absents, et c’est bien un domaine où il y a une grande diversité sur laquelle on pourrait discuter. Il n’y a pas de remarques sur la rapidité avec laquelle on peut manger un repas comme si on ne pouvait que répéter ce que l’on avait appris sans s’adapter réellement à l’évolution de notre mode alimentaire. »

 

Do you want to be contacted?

You will be contacted soon