Je consomme, donc nous sommes

DistillerieDeParisAprès un siècle d’interdiction, voilà la tradition des distilleries sur le point de renaître au cœur de la capitale.

C’est du moins le projet des frères Julhès, épiciers régnant sur la rue du faubourg Saint-Denis, qui, pour le mener à bien, ont lancé un appel à financement sur la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank.

La distillerie produira une Vodka, un Gin et un New malt spirit appelé à devenir du whisky au bout de quelques mois. Après les bières, les champignons et le jambon, la famille du « made in Paris » s’agrandit encore.

Plus qu’un lieu de production, la distillerie sera aussi, aux dires de ses fondateurs, un lieu de partage, de rencontres et de réflexion autour du monde des spiritueux et, plus généralement, du goût.

Comme tous les projets actuels tournant autour de l’alimentaire, celui-ci nous parle autant de lui que de nous. Par son mode de financement participatif, tout d’abord, qui est une manière de répondre aux attentes actuelles des consommateurs d’être plus que de simples acheteurs : participer au financement, mais aussi à la conception des produits, voire à leur diffusion. Le « consom’acteur » n’est désormais jamais très loin du caddie.

Par sa volonté également de ressusciter une activité locale disparue, habile dosage de vintage, qui pourrait être prise pour du conservatisme, et son désir d’innover par la réinvention des rites et des usages qui lui sont associés. Une réponse à l’uniformisation des offres et au désir de s’approprier sa consommation.

Le projet de distillerie des frères Julhès vient enfin nous dévoiler une des formes possibles de la consommation de demain : le commerce identitaire. Des acheteurs passionnés, la découverte plus importante que le choix et l’accessibilité comme synonyme de partage du savoir. Je consomme, donc nous sommes.

Portrait_PDucheminPar Patrice Duchemin.

 

 

 

Do you want to be contacted?

You will be contacted soon