Modèle alimentaire des Français et bénéfice santé

 On parle de plus en plus du modèle alimentaire français. Mais que regroupe –t-il ?

Au cours de la vie, il existe un mélange de rencontres culinaires très différentes. Certains aliments reviennent régulièrement dans notre alimentation et d’autres sont plus occasionnels.

L’une des formes de ce modèle alimentaire est, par exemple, le repas gastronomique à la française inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le repas gastronomique comporte un apéritif et se termine par un digestif et entre les deux au moins quatre plats : une entrée, de la viande et/ou du poisson avec des légumes, du fromage et un dessert.

La qualité des produits et l’origine du terroir ont aussi leur importance dans cette définition. Ainsi que le fait de se retrouver ensemble dans une convivialité partagée autour d’une table décorée.

Il existe  d’autres formes du modèle alimentaire français qui se rencontrent au restaurant non gastronomique,  à la maison, dans la rue, chez nos amis. Nous sommes alors exposés à  des alimentations très différentes. Et c’est peut-être cette variété alimentaire qui fait la force de notre modèle alimentaire et de la qualité de notre santé.

Des repas contractés souvent au déjeuner avec un plat principal et un dessert mais des repas plus élaborés avec la famille, des repas de la « street food » avec une restauration toujours plus innovante et des cocktails ou des repas avec des amis qui nous font découvrir des alimentations parfois inhabituelles.

Selon les époques, des modes alimentaires surgissent et particulièrement chez les jeunes générations. Comme par exemple les jeunes Français qui aiment les burgers et dont la consommation a explosé en 2013.

BurgersAh les burgers !

Les burgers représentent près de la moitié des sandwichs vendus, avec 970 millions d’unités, selon le cabinet Gira conseil. En 2000, on comptait un burger vendu pour 9 sandwichs ; en 2007, 1 pour 7 et en 2013, un pour deux. 655 millions de burgers ont été vendus en fast-food, 247 millions servis à table, 47 millions dans la restauration d’entreprise et 21 millions dans la restauration d’hôtels.  75 % des restaurants traditionnels français (110 000 au total) proposent au moins un hamburger à leur carte et on enregistre une hausse de 40 % de ses ventes en deux ans, toujours d’après l’étude du GIRA. Mais les burgers ont changé de composition nutritionnelle.

A ces débuts en France, le pourcentage de matières grasses avoisinait les 20%, le maximum autorisé. Aujourd’hui on retrouve des viandes plus maigres et de qualité supérieure, dans les restaurants particulièrement. D’autant que pour un tiers des restaurateurs ayant le burger à sa carte, il est devenu le leader de la gamme de plat, devant l’entrecôte, les grillades ou les poissons.

Et les pizzas ?

Chaque seconde, en moyenne, 95 pizzas sont englouties en France ! Avec 881 millions de pizzas consommées par an, soit la bagatelle de 328 000 tonnes, la France se place dans le trio de tête des plus gros consommateurs, derrière les Etats-Unis et devant l’Italie. Ce marché de l’ordre de 5 milliards d’euros résiste globalement à la crise, car c’est un plat peu cher et qui rassasie

On peut se demander quelles sont les conséquences sur notre santé d’une consommation très régulière de ces aliments (pizzas et burgers) ?

Bénéfices santé

Notre espérance de vie, comme dans de nombreux pays du monde, a augmenté de manière rapide depuis 70 ans. Mais peut-être encore plus dans notre pays que dans d’autres pays occidentaux.

Dans les pays en voie de développement, les facteurs d’amélioration de l’espérance de vie, selon un rapport publié par l’OMS, pourrait être augmentée d’environ cinq ans si l’on s’attaquait à cinq facteurs de risques: l’insuffisance pondérale pendant l’enfance, les rapports sexuels à risque, l’alcoolisme, le manque d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène, et l’hypertension.

Dans nos pays, l’explosion de la fréquence de l’obésité, de maladies cardio et cérébro-vasculaires et même des cancers ont amené une nouvelle vision de l’alimentation pouvant prévenir la survenue de maladies dont la rapidité avec lesquelles elles se développent échappent à notre contrôle personnel.

La responsabilité de ces maladies serait due aux sucres, aux graisses, à la malbouffe, à la junkfood…C’est la faute des autres, de notre civilisation…Et pourtant l’espérance de vie en France ne cesse de progresser, lentement mais surement.

Une maladie chronique se développe sur 20,30 ou 40 ans. Si notre alimentation en était complètement responsable, il faudrait une répétition quotidienne d’une « mauvaise alimentation » ce qui est pratiquement impossible à réaliser pour un être humain, tant il a besoin de variété alimentaire. Et nous savons que bien d’autres facteurs ; la sédentarité, nos conditions de vie, les soins médicaux, etc., jouent un rôle important dans la survenue et le traitement de ces maladies.

Il n’y a pas de preuves que l’alimentation de nos concitoyens détériore notre santé. Certes, que certaines alimentations particulières très riches en graisses ou en sucre accélèrent la constitution d’une obésité chez des personnes prédisposées,  des processus athéromateux et inflammatoires n’est pas impossible, mais on ne peut généraliser ces cas particuliers.

Citoyens, vous n’avez jamais été aussi bien nourris mais vous n’avez peut-être jamais été aussi effrayés de ce que vous mangez. Il est vrai que dans les temps passés, les épidémies et les infections de tous genres étaient bien plus effrayantes que la mauvaise qualité de l’alimentation.

Défendons notre modèle alimentaire dans sa variété et en restant vigilant sur sa qualité nutritionnelle mais en conservant cette convivialité qui ne se retrouve que dans le partage d’un bon repas en famille ou avec des amis.

Patrick SerogPar Patrick Serog. Mieux connaître Patrick

 

 

 

Do you want to be contacted?

You will be contacted soon