La cuisine populaire vue par Eric Reithler

Eric Reithler est chef et conseiller culinaire pour l’agroalimentaire et la restauration. Il nous apporte son expertise et son savoir-faire  sur les secrets de la cuisine française et ceux qui font son rayonnement.

 

1/ Qu’évoquent pour vous les mots cuisine populaire et qu’est-ce que pour vous, la cuisine populaire ?

La cuisine populaire est partie constituante de mon ADN de cuisinier car mes premières émotions culinaires en sont issues. Elle est humble, sans âge et sans frontières, elle traduit la profondeur d’âme de ceux qui l’offrent, avec cet inégalable esprit de partage et de générosité. Cette cuisine-là est source perpétuelle d’inspiration.

2/ Que proposez-vous, comme image, comme souvenirs, comme goûts pour évoquer la cuisine populaire, votre cuisine populaire ?

L’image de la cocotte lutée contenant le baeckeoffe dominical que nous partagions en famille… avec ce symbole fort de toujours garder une assiette « au cas où quelqu’un passerait »…

3 / Racontez-nous un plat, un repas, une fête, qui selon vous, représente cette cuisine populaire.

…et le même baeckeoffe que j’ai réalisé bien des années plus tard au cours d’un voyage à La Réunion. La magie du croisement des cultures avec une cuisine à « 4 mains » pour le bonheur des papilles, lorsque le plat ancestral des jours de lessive au lavoir du village flirte avec le « rougail boucané »  et la surprise du gingembre qui s’étourdit de sylvaner.

4/ En quoi est-il compliqué d’évoquer ou de partager un goût que l’on pense propre à son expérience personnelle ?

Ce qui peut être compliqué,  est de « savoir » partager l’émotion ressentie au moment de la dégustation, et d’écouter les autres l’exprimer. Cette sensibilité est plus ou moins forte en fonction de notre parcours depuis notre enfance, mais il y a aussi l’intérêt que l’on veut bien lui accorder.

L’important n’est pas de convaincre de nos certitudes les personnes avec qui nous partageons ce goût, mais bien de les embarquer dans un voyage commun… dans une histoire partagée que chacun saura traduire en fonction de son vécu.

5/ Pour vous, cette cuisine populaire est-elle intime ou est-elle une ouverture au monde, à la curiosité ?

Toutes ces cuisines qui composent la Cuisine Populaire, nous ouvrent leur intimité, nourrissent notre curiosité dans un langage commun: le tour de main, pour une réalisation généreuse et métissée, avec un vrai devoir de transmission.

6/ Selon vous, en quoi la cuisine populaire peut elle présenter un enjeu social, culturel, politique ou agricole ?

Une des forces de la cuisine en général, c’est le rassemblement.  Elle peut être un trait d’union accessible, loin des leçons ou longs discours (politiques?!), qui facilite les échanges.

La cuisine populaire est naturellement liée aux univers: agricole, social et culturel… à la démarche ANDES (Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires).

7 / Comment pourrions-nous remettre la cuisine populaire de tous les jours au centre des préoccupations alimentaires d’aujourd’hui, avez-vous des idées pour mettre en avant la cuisine populaire ?

Justement en réalisant cette Cuisine Populaire en des lieux phares donnant de la visibilité à ces préoccupations: l’école et l’hôpital. Deux lieux chargés d’une certaine symbolique. Le premier pour l’éveil et la transmission, le second pour le voyage imaginaire et le réconfort.

 

 

 

Do you want to be contacted?

You will be contacted soon