La cuisine populaire vue par Valérie Busson

Valérie Busson est directrice de la communication et des relations publiques du groupe Lesieur. Sa connaissance des enjeux de l’agroalimentaire représente un véritable atout pour connaitre les comportements et les attentes des consommateurs français.

 

1/ Qu’évoquent pour vous les mots «cuisine populaire» ? 

Une cuisine simple, qui concerne chacun de nous, une cuisine de partage, sans prétention, mais gourmande, chaleureuse, gouteuse, mijotée ou improvisée, une cuisine qui nous ressemble et nous rassemble dans nos diversités.

2/Que proposez-vous, comme images, comme souvenirs, comme goûts pour évoquer la cuisine populaire, votre cuisine populaire ?

Des souvenirs d’enfance comme à peu près chacun de nous, car les premiers moments gourmands nous marquent à vie… des souvenirs qui mettent en éveil tous les sens, les bruits de casserole, les cris du marché, les bonimenteurs qui haranguent les badauds, les maraichers malins qui s’appuient sur les enfants pour la dégustation…puis la préparation à la maison, les odeurs qui montent et le fumet qui s’ échappe des cocottes, le plaisir des jours « de » : journée pot au feu, journée hachis parmentier, journée quiche lorraine,…youpi !! Journée épinards ou  poisson bouilli ou lentilles, beurk….  Puis le repas lui-même, avec ses rites, et ses moments de joie ou de discussions animées. La vie est rythmée par ces moments qui jalonnent l’année et  marquent les saisons.

Plus tard, plus grand, vient le moment de «faire», débutant, balbutiant mais toujours avec plein de monde, le monde des copains, avec les ratages, les fous-rires, les essais heureux ou désastreux…on découvre alors que faire simple, s’appuyer sur ses souvenirs, est le plus sûr moyen de faire plaisir et d’être récompensé par les assiettes vides qui retournent en cuisine !

La transmission se poursuit quand il est un jour temps de tracer soi-même ses «meilleures recettes» pour ses enfants qui, à leur tour, vont s’exercer à la succession des essais pour trouver eux aussi, leur propre chemin en cuisine.

3/ Cette cuisine populaire est-elle seulement intime ou est-elle une ouverture au monde, à la curiosité? 

C’est parce qu’elle est d’abord intime, enracinante et rassurante que cette cuisine populaire peut s’ouvrir sans inquiétude aux découvertes, aux surprises, aux incartades…elle tire sa force de ses racines, de ses transmissions revisitées, réappropriées, réinventées sans cesse, elle donne à voir le monde, proche ou plus lointain, elle ouvre aux autres, elle inspire le partage.

4/ Selon vous, en quoi la cuisine populaire représente-t-elle un enjeu social, culturel, politique ou agricole ? 

Nourrir et se nourrir, quel que soit le pays, l’éducation, la culture, nous est donné en commun, ceci nous rassemble ; l’identité de chacun se construit au travers de cette cuisine populaire, elle ne distingue pas, elle rassemble, elle n’existe que dans sa faculté à être accessible et partagée, elle nourrit nos histoires de vie, sans stigmatisation, elle donne à connaitre l’autre dans sa différence, elle n’impose rien d’autre que le respect des traditions culinaires, elle est le ciment entre les générations, mais un ciment mouvant et qui ne se fige jamais. Elle est en éternel passage entre le passé et l’avenir, une courroie de transmission de valeurs et de gourmandise.

5/ En quoi est-il compliqué d’évoquer ou de partager un goût que l’on pense propre à son expérience personnelle ?

Parce qu’on est dans un registre gouverné par l’émotion, les émotions diverses et intimes, sans lesquelles aucune transmission n’est de mise, le rationnel, le savoir-faire, n’ont finalement qu’une très petite place dans ce champ du quotidien, plusieurs fois par jour réinterprété.

Parce que nous sommes dans un pays ou le bien-manger règne en quasi dictature, alors même que le champ lexical à notre portée est très peu transmis et partagé, on exprime peu, ou par onomatopées, ce que l’on ressent à la dégustation d’un plat, humm !!, miam !!!! Mais comment signifier précisément ce ressenti intérieur ?

Il nous manque le vocabulaire sensoriel, une capacité sémantique à partager ses impressions subtiles pour mieux les valoriser.

 6/ Racontez-nous un plat, un repas, une fête, qui selon vous représente cette cuisine populaire. 

Le repas de noël avec mes parents était en soi une anthologie, il s’agissait d’aller ensemble au marché et plutôt que de nous imposer un menu traditionnel qui aurait pu nous déplaire (la dinde aux marrons n’est pas vraiment un plat d’enfants…), ils nous proposaient de choisir ce que nous voulions, une totale liberté de manger «que» ce qu’on aime… !

Clairement pour moi, et sans varier d’un yota d’une année sur l’autre : une rondelle de chaque saucisson chez le traiteur, un petit paquet de chips, un morceau de brie et un éclair au café chez le pâtissier….ce joyeux menu était partagé avec ma sœur et mes parents qui, eux, se régalaient plus classiquement d’anguille fumée, d’huitres, de foie gras…

Raconter ce menu de Noel a donné droit à ma première humiliation à l’école primaire, quand la maitresse m’a mis 0 à la rédaction «racontez votre repas de Noel» car disait-elle «ce n’est pas un repas de Noel !…», j’ai alors découvert avec stupeur que même en cuisine, il y a ce qui se fait et ce qui ne se fait pas….

7/ Comment pourrions-nous remettre la cuisine populaire de tous les jours au centre des préoccupations alimentaires d’aujourd’hui ? 

La cuisine populaire est une cuisine du quotidien, une cuisine qui reste encore dévolue aux femmes qui, l’exercent sans défaillir, chaque jour.

La cuisine populaire et les cuisinières qui l’exercent ont soif de reconnaissance et de légitimité, elles attendent sagement et discrètement  leur tour.

Aujourd’hui, cette cuisine de l’ombre s’ouvre et se donne à connaitre dans toute sa diversité, son métissage, ses habitudes, ses ouvertures…

La cuisine populaire, revendique enfin son existence, ces gestes qui nous nourrissent et nous font grandir jour après jour,

Notre mission est de soutenir cette joyeuse émancipation !

Do you want to be contacted?

You will be contacted soon